Arona, chronique d’un succès annoncé
Écrit par Cédric C   
Jeudi, 10 Janvier 2019 13:33
Leader des ventes, l’Arona détrône l’Ibiza. Preuve que la demande a évolué et que Seat a su s’adapter.


 
 

 
2019 débute avec des nouvelles réjouissantes pour Seat. Elle enregistre la meilleure progression du marché des marques généralistes en France (+26,3%). Avec 31219 véhicules immatriculés l’année dernière, la marque espagnole bat un nouveau record. Au cœur de ce succès, nous retrouvons le duo de SUV Arona et Ateca qui n’a cessé de booster les ventes, ces 12 derniers mois. Et le leader des ventes n’est autre que le dernier venu, l’Arona. Il détrône l’Ibiza qui a longtemps trusté la première place du podium sur notre marché. Preuve que la demande a évolué et surtout que Seat a su s’adapter, ce ne sont pas moins de 9560 Arona qui ont pris place sur nos routes l’année dernière. C’est donc avec beaucoup d’intérêt que nous avons voulu découvrir les raisons qui poussent les clients à porter leur choix sur un SUV urbain plutôt qu’une traditionnelle citadine.

Pratique
En premier lieu, ses multiples aspects pratiques. Tout d’abord, la plus grande facilité d'accès à bord grâce à son toit plus haut de 10 cm par rapport à une Ibiza et une position de conduite surélevée. D’ailleurs, cette dernière offre une meilleure vision sur la route et procure un sentiment de sécurité et de maitrise de son environnement. Une fois à bord, l'habitabilité se révèle satisfaisante à l'avant comme à l'arrière mais d’avantage pour 4 personnes car la largeur aux coudes est juste au niveau de la banquette. À ce niveau l’Arona fait jeu égal avec l’Ibiza, à la différence près qu’une sensation d’espace se ressent grâce à une hauteur sous plafond supérieure.
Ensuite, l'Arona est plus long de 7cm et cette longueur supplémentaire qu’on retrouve sur le porte-à-faux arrière porte son volume de coffre à 400l contre 355l sur l'Ibiza. Autres détails pratiques qui font la différence : ses quatre crochets métalliques qui permettent de mettre en place un filet et son plancher de coffre modulable qui permet de caler de petits objets ou d’offrir une surface plane dans le droit prolongement du seuil de chargement d’autant plus lorsque la banquette est rabattue.

Confortable
En second lieu l’Arona s’apprécie pour son confort. Une fois à bord, on est installé dans des sièges moelleux et dès les premiers virages serrés on apprécie leur très bon maintien latéral. On y est si bien installé qu'on a qu'une envie, c'est d’enchainer les kilomètres des heures durant. Levier de vitesse, pédale d'embrayage, volant et autres commandes sont agréables à manipuler. Comme à l'accoutumé chez Seat, le siège et le volant offrent une amplitude de réglage qui permettra à tout un chacun de trouver sa position de conduite optimale, sans jamais gêner la lisibilité du combiné d’instrumentation. En conduite, la direction à assistance électromécanique de l’Arona est parfaitement calibrée, suffisamment souple et directe à basse vitesse pour réaliser les manœuvres et se faufiler dans les petites ruelles avec agilité et suffisamment ferme à haute vitesse pour enquiller avec précision les virages sur routes sinueuses ou cruiser en ligne droite sur autoroute. 
Autre élément qui contribue à faire de ce SUV urbain un véhicule agréable au quotidien : ses suspensions. L'Arona FR est livré avec des jantes de 17 pouces. Si les dos d'ânes et autres bosses qui pullulent en ville sont absorbés avec efficacité les autres aspérités de la route comme les raccords ou les trous ne sont pas aussi bien filtrés. Rien de rédhibitoire mais qui donne à réfléchir avant d’opter pour des jantes de 18 pouces. 
En termes de connectivité, on retrouve les systèmes d’infodivertissement connus et appréciés sur l’Ibiza comme l'écran tactile Black Panel de 8 pouces, le chargeur sans fil et le système audio BeatsAudio de 300 watts. L’Arona est une voiture connectée grâce aux systèmes Apple Car Play, Android Auto et Mirror Link regroupés sous l’appellation Full Link.

Personnalisable
Contre toute attente, l’Arona s'est hissé en tête des ventes de Seat en France en 2018. Une part de l’explication réside dans le fait que les SUV urbains arrivent juste après une période peu propice au gros véhicules diesels en ville. Ils sont plus légers qu’une berline compacte, doté de petits blocs peu polluants (malus neutre dans notre cas) et en 2 roues motrices pour limiter la consommation et les rejets de polluants. De plus, les constructeurs les ont rendus plus attrayants en soignant leur look. Et l’Arona ne déroge pas à la règle. En effet, les possibilités de personnalisation sont très larges. Côté couleurs, l’auto est divisée en deux : la partie inférieure de la carrosserie, d’un côté, et le toit et les montants A et C de l’autre. La couleur Orange Eclipse a été ajoutée à la palette de couleurs de carrosserie. Le toit peut être gris, noir, orange ou de la même couleur que la carrosserie. Le client a le choix entre pas moins de 68 combinaisons de couleurs. L’Arona fait évoluer le style de Seat tout en conservant l’ADN de la marque.

Efficiente
En pleine transition énergétique, l’Arona répond à l’intérêt grandissant des automobilistes pour les motorisations à essence. Elle propose un panel très large de moteur à essence à faibles rejets de polluants et à l’agrément très appréciable de 90 à 150 ch. en 3 ou 4 cylindres.
Le 1.5 TSI Evo 150 ACT qui anime notre Arona est un moteur très élastique, souple à bas régime néanmoins en phase d'accélération un petit creux se fait ressentir après avoir enclenché le deuxième ou troisième rapport, ce qui engendre un léger à-coup. Comme la majorité des moteurs du groupe VW de notre époque, ce bloc manque un peu de caractère. Il délivre tout son potentiel de façon linéaire. Ce qui ne l’empêche aucunement de convenir à la majorité de situations de conduite.
Toujours dans le but d’être plus économe et plus écologique, ce bloc concentre un certain nombre de technologies modernes comme l’ACT (Active Cylinder Technology). Le passage de quatre à deux cylindres ou vice-versa est imperceptible, cependant le fonctionnement en mode deux cylindres reste audible et laisse échapper des vibrations ici et là (pédalier, volant, portes). Quelques concessions pour des gains notables car en recherchant à moins consommer du carburant, on y arrive. Il est ainsi possible d’abaisser la consommation à 4.8l de moyenne en pratiquant l’éco-conduite dans des conditions de trafic favorables. Sans quoi, la moyenne longue durée reste perchée à 7.1l.

Polyvalente
Même si l'Arona se caractérise par un châssis très légèrement surélevé par rapport à l'Ibiza, elle n'en propose pas moins une tenue de route efficace. Le centre de gravité un peu plus élevé, dû à l'adoption d'un toit plus haut, n'a que peu de conséquences dans la pratique, avec un roulis en virage tout-à-fait acceptable. Donc, au chapitre du comportement routier, il n'y a aucune mauvaise surprise à signaler, l'Arona roule comme on est en droit de l’attendre : de façon sûre et saine. Et grâce au Seat Drive Profil, les plus exigeants peuvent configurer un véhicule à la carte. En somme, l’Arona est aussi bien à l’aise en ville, sur l’autoroute ou les petites routes.

Une gamme enfin actualisée
Aujourd’hui, Seat dispose d’une offre SUV lui permettant de répondre aux besoins et budget de tout un chacun. Chaque modèle historique dispose de son alternative SUV et le Tarraco viendra prochainement compléter l’offre afin de couvrir 80% des segments du marché européen. Cette Arona dispose de réels atouts par rapport à une citadine conventionnelle : spacieuse, pratique et confortable elle est aussi sobre. Le tout présenté dans un style séduisant grâce de multiples possibilités de personnalisation. Avec ses toutes dernières technologies en matière de sécurité et de connectivité on comprend qu’elle soit la Seat la plus vendue en France en 2018.
 
 
Retrouvez toutes nos photos et vos commentaires sur notre page : [PHOTOS] Arona, chronique d’un succès annoncé