Leon Cupra 290 : efficace et polyvalente
Écrit par Cédric C   
Vendredi, 15 Juillet 2016 09:04

 

 

 

 

 

La Seat Leon Cupra 290 pack Sub’8 est une sportive efficace et polyvalente.


  

Voici une voiture qui est en train de redéfinir la place de Seat dans le milieu très disputé des compactes sportives. Tout commence en 2014, lorsque la Léon Cupra pulvérise le précédent record de la catégorie traction de série après avoir parcouru le mythique circuit du Nürburgring en moins de 8 minutes. Dès lors, elle se retrouve au centre de nombreux comparatifs orchestrés par la presse spécialisée et s’impose comme un challenger redoutable. Comme si cela ne suffisait pas, Seat présente à l’IAA 2015 une nouvelle évolution de son bolide : la Cupra 290. Le potentiel de la Leon Cupra 290 est accru grâce à une nouvelle ligne d’échappement, une nouvelle interface HMI Sport et surtout grâce au cœur de la bête qui développe dorénavant la bagatelle de 290 chevaux, soit 10 de plus que le précédent bloc. Avec un tel programme, nous avons choisi de confier notre Leon Cupra 290 à Lucile Cypriano, pilote SEAT Leon Eurocup, afin qu’elle nous livre ses impressions sur cette nouvelle mouture.

 

Un loup déguisé en agneau 

Contrairement à l’exubérance d’une Honda Civic type R, la beauté de ce missile sol-sol est de demeurer relativement sobre dans sa présentation. On remarque bien le bouclier avant doté d’entrées d’air (à la place des antibrouillards) pour refroidir les freins et l'échangeur air-air du turbo, le diffuseur arrière encadré de part et d’autre par deux énormes sorties d’échappement, les jantes spécifiques de 19 pouces, les étriers de frein rouges badgés Brembo ainsi qu’un un becquet de pavillon. Mais pour le reste, vous avez sous les yeux ni plus, ni moins qu'une Leon FR. Même sentiment au moment de prendre place à bord. On retrouve l'univers très sobres des modèles Seat et comme toute sportive qui se respecte, c'est le noir qui domine. Dommage que les surpiqûres ne soit pas de couleur rouge ou bleu pour égayer l’habitacle. Les réglages du siège baquet optionnel permettent de trouver la position de conduite idéale et le volant à méplat comme les commandes tombent parfaitement sous la main. Parmi les petits détails ludiques, on découvre une nouvelle interface HMI Sport qui affiche en temps réel sur trois cadrans la température d'huile, la pression d'admission du turbo et la force G. Par ailleurs, on dispose d’une liste d’équipements de série pléthorique.

 

Une sportive à la carte 

L’atout de cette Leon Cupra 290 est d'avoir un moteur qui s'adapte à vos humeurs. Le démarrage s'effectue dans un feulement rauque et contenu. Que l’on soit en ville, sur routes sinueuses ou sur autoroute, tant que le drive profile est mode confort, l’auto s’avère tout à fait civilisée. Tout en douceur, l'amortissement pilotée DCC digère les imperfections de la route et garde tous les occupants dans un confort serein. Avec un aussi joli tableau, on en oublierait presque la cavalerie sous le capot qui ne demande qu’une seule chose : c’est d’être libérée, délivrée… Il faut reconnaître qu’il est difficile de résister à l’appel de la pédale de droite. Alors, pourquoi résister ?

 

Moteur… Action ! 

Même avec 1395 kg, il suffit d’écraser la pédale d’accélérateur dans le plancher pour constater que la poussée (certes linéaire) du 2.0 TSI est impressionnante. Tel un avion de chasse catapulté sur le pont d’envol d’un porte-avion, l’auto abat le 0 à 100 km/h en un rien de temps (5,6 s). Le couple de 350 nm (35.69 mkg) est disponible tôt et sur une large plage, de 1 700 et 5 800 tours/min. Du coup, chaque reprise nous plaque dans nos sièges baquet pendant que la nouvelle ligne d'échappement soutient la sonorité du moteur et nous gratifie de jouissives déflagrations à chaque passage de rapport et de jolis crépitements lors des phases de décélération. La boite automatique à double embrayage DSG se charge de nous faire monter au 7e ciel… pardon, au 6e rapport sans rupture de charge et sans à-coup. Ce bloc pousse fort, très fort et sans discontinuer jusqu’au rupteur (situé aux environ de 6 500tr/min.

 

L’artillerie lourde 

Avec une telle puissance sur le seul train avant, on aurait pu craindre un manque de grip ou un sous virage à la ré-accélération en sortie de virage mais non, rien de tout ça. Et pour cause, cette Leon Cupra 290 a sorti l’artillerie lourde. Tout d’abord, un différentiel autobloquant sur la transmission avant équipe l’auto. Celui-ci transfère la puissance motrice vers la roue extérieure dans les virages. Il peut même attribuer 100 % de la motricité à une seule roue. Cet autobloquant gère de manière significative la motricité et le maniement de l’auto en virage. D’une part, les 290 ch. sont transmis au sol sans amorce de patinage (sur sol sec) et d’autre part, il permet de s’extirper plus rapidement des virages serrés tout en limitant le sous virage. Par contre, on regrette le choix des pneumatiques (Continental ContiSportContact) qui pèchent par leur manque d'adhérence sur sol mouillé. Des pneumatiques plus sportifs comme les Michelin Pilot sport 3 ou Pilot super sport auraient sans doute été plus adéquats. Notons que l’entrée en action du blocage du différentiel du train avant n'a aucun impact négatif sur la sensation de direction, l'effet de couple dans le volant étant à peine perceptible. En parlant de direction, la Leon Cupra 290 dispose d’une direction à pas variable dite « progressive ». Elle réduit le nombre de changements de position des mains sur le volant, fait appréciable sur routes sinueuses ou lors d'un demi-tour. De plus, par sa précision, elle améliore l’agilité de l’auto. Une agilité qui est confortée par l’amortissement piloté DCC. Cette suspension pilotée permet à la Leon Cupra 290 d’être polyvalente. Suffisamment confortable en mode normal pour la vie de tous les jours, elle peut être un peu plus ferme en mode sport pour une conduite dynamique voire raide en mode Cupra pour un pilotage sportif.

 

Fast but not furious (Rapide mais rassurante) 

Pour stopper ce missile sol-sol, on peut compter sur un système de freinage composé à l’avant de disques de frein perforés de 370 mm de diamètre pincés par des étriers fixes à 4 pistons Brembo et à l’arrière de disques de frein ventilés de 310 mm pincés par des étriers flottants à 1 piston. La pédale de frein à une course réduite et le toucher de pédale permet un dosage au millimètre tandis que l’endurance s’est révélée impériale au fil des kilomètres. La Leon Cupra 290 permet de réaliser des freinages d’urgence, le tout sans la moindre correction à apporter au volant, preuve de l’équilibre général de l’auto qui tolère de gros transferts de masse sans jamais perdre de sa stabilité.

 

Sensationnelle et/ou efficace ? 

Amusante ? Fun ? Grisante ? Cette Cupra procure-t-elle les sensations qu’on est en droit d’attendre d’une compacte sportive ? Avec à un poids n’excédant pas les 1400 kg, la Leon Cupra 290 bénéficie d’un rapport poids/puissance plutôt favorable. Pourtant, pas question de jouer les cascadeurs en enchainant les dérapages contrôlés comme dans un épisode de Fast & Furious. Le train arrière n’autorise que de léger déhanchés à l’entrée des virages rapides (juste de quoi placer l’auto). Pour le grand frisson, il faudra attendre la sortie de la Leon Cupra Facelift 2017 ou d’une hypothétique Cupra R car ici, les réglages du châssis sont clairement orientés sur l’efficacité au détriment des sensations fortes et ce, même en mode CUPRA où la désactivation totale de l’ESP n’y change rien. Cette Leon Cupra 290 n’est donc pas la sportive radicale que l’on attendait. Au contraire, elle se veut accessible, en termes de niveau d’expérience de conduite. Facile à prendre en main, elle s’adresse à tous types de conducteurs. Elle est aussi à l’aise pour récupérer les enfants à l’école que pour partir à l’assaut du « Paul Ricard ». En sommes, une sportive polyvalente.

 

À tout seigneur, tout honneur

La Leon Cupra 290 intègre fièrement le cercle exclusif des tractions les plus puissantes du marché, aux côtés des Honda Civic Type R et Peugeot 308 GTI. Avec son équipement complet et son haut niveau de performance, la nouvelle Leon Cupra 290 offre un excellent rapport prix-performance. Son comportement rassurant fait d’elle une sportive accessible. Par ailleurs, elle est une des rares à proposer autant de combinaisons : coupé, berline ou break ; boite de vitesse manuelle ou automatique à double embrayage. Avec cette Leon Cupra 290, Seat nous propose l’un des produits les plus aboutis de la gamme et le pack Sub’8 parachève ses qualités sportives. En sommes, une voiture réellement exceptionnelle à un prix tout aussi exceptionnel. 

 

 

Conditions d’essai :

Température : 22°

Humidité/Précipitations : 77% / 4-6 mm

Vent : 10 km/h - Ouest

Km parcourus : 300 km

Usure des pneus : 50% (AV) et 10% (AR)

Réservoir 3/4 – 2 personnes à bord

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remerciements : Lucile Cypriano (pour sa collaboration)

Crédits photos : Mickaël Gérol

 
 

Accès direct

Venez découvrir la communauté SeatPassion :
 

Statistiques

SeatPassion c'est plus de 30.000 membres depuis 2002, et jusqu'à 3000 visiteurs uniques par jour.